• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Compostage et méthanisation, des filières à suivre

Comment l’agriculture peut-elle aider à lutter contre le changement climatique ? C’est la question à laquelle devra répondre le projet ETYC. Son objectif : réaliser une évaluation environnementale des filières de compostage et de méthanisation pour optimiser le recyclage des matières organiques.

épandage compost. © Inra, Inra
Par Service communication Inra Rennes
Mis à jour le 28/05/2013
Publié le 12/03/2013

Dans un contexte de changement climatique, développer les filières de compostage et de méthanisation peut contribuer à mieux maîtriser les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi à augmenter le potentiel de stockage de carbone des sols. Le projet ETYC (Evaluation intégrée des phases de Traitement et de recYclage agricole des matières organiques pour des systèmes d’élevage moteurs dans l’atténuation du changement Climatique) consiste à effectuer une évaluation environnementale de ces deux filières de recyclage, du procédé de transformation jusqu’à leur valorisation dans les sols agricoles.

Maîtriser les excédents d’azote et réduire la dépendance énergétique
La filière compostage est aujourd’hui bien mieux connue que celle de la méthanisation. « En recyclant des produits organiques résiduaires (PRO) comme les déchets verts, les effluents d’élevage, les déchets ménagers…, on peut produire naturellement un fertilisant, le compost. Pour les éleveurs, un des avantages du compostage est de pouvoir maîtriser les excédents d’azote. », rappelle Safya Menasseri, coordinatrice du projet. « La méthanisation, quant à elle, permet de produire une énergie renouvelable, le biogaz, à partir de produits organiques. Elle vise plutôt la diminution de la dépendance énergétique. » précise la chercheuse. »

Optimiser le recyclage des produits organiques résiduaires
Ces produits organiques ne sont donc pas considérés comme des résidus dont on doit se débarrasser mais comme des matières premières d’intérêt agronomique ou énergétique. Pour optimiser leur recyclage, l’objectif est de maîtriser leurs caractéristiques. Comme l’explique Safya Menasseri « Si le stockage de carbone dans les sols est l’objectif visé, la recherche de PRO stables sera favorisée. » La modélisation va permettre de tester des hypothèses avec des PRO ayant différentes caractéristiques. Ces expérimentations se dérouleront d’abord en conditions contrôlées de laboratoire puis en essais longue durée sur la plateforme EFELE du centre de Rennes.

Les chercheurs pourront ainsi acquérir de nouvelles données expérimentales : caractérisation de la composition biochimique des produits ayant subi différents procédés de traitement, mesures des émissions gazeuses, suivi de la décomposition et de la minéralisation des produits transformés une fois enfouis dans le sol, caractérisation de l’impact sur la qualité du sol… Ces données permettront de calibrer et de faire évoluer les modèles existants de compostage et de méthanisation qui seront ensuite couplés avec des modèles agronomiques. Ces modèles couplés permettront des simulations dynamiques du carbone et de l’azote pour comparer différents scénarii de traitement et de valorisation agricole. Ces scénarii seront construits sur la base d’enquêtes auprès d’exploitants agricoles. Coordonnée par l’Unité Mixte de Recherche "Sol, agro et hydrosystème, spatialisation" (UMR Sas), cette étude est entièrement financée par l’Ademe sur 3 ans. Le programme ETYC est mené en partenariat avec l’Irstea de Rennes, les unités Inra (UMR Environnement et Grandes Cultures de Versailles-Grignon, Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement de Montpellier) et la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne.

En savoir plus

La plateforme EFELE

La plateforme EFELE fait partie du dispositif SOERE PRO (Système d’Observation et d’Expérimentation sur le long terme pour la Recherche en Environnement) qui vise à quantifier et modéliser les effets des apports répétés de PRO sur la dynamique de la matière organique, le fonctionnement des cycles biogéochimiques (C, N, P…), l’évolution de la qualité des sols, de l’eau et de l’air.