• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Des marqueurs sanguins pour prédire la robustesse du porcelet au sevrage

Pour les porcelets, le sevrage est synonyme de stress. Mal gérée, cette période peut pénaliser leur croissance. En suivant des paramètres sanguins indicateurs de la réponse immunitaire, du métabolisme et du stress oxydatif, les chercheurs tentent de prédire cette croissance et d’aider à identifier les porcelets les plus sensibles à ce stress.

Porcelets en élevage conventionnel
Par Service communication Inra Bretagne-Normandie
Publié le 19/09/2018

Le sevrage est une période critique en élevage porcin. Si, en France, la mortalité en post-sevrage est contenue à 2-3%, c’est souvent grâce à des antibiotiques, qui réduisent l’apparition de maladies digestives. Ainsi 50 à 60% des antibiotiques utilisés en élevage porcin le sont pendant le mois qui suit le sevrage. « L’identification, avant ou au tout début du post-sevrage, des porcelets les moins robustes permettrait des actions préventives ciblées et, donc, de limiter l’utilisation d’antibiotiques, explique Elodie Merlot, chercheuse Inra à l’Unité Mixte de Recherche  « Physiologie, environnement et génétique de l’animal et des systèmes d’élevage (UMR Pegase). Des recherches ont été conduites pour trouver des marqueurs physiologiques sanguins de la robustesse du porcelet au sevrage ».

Une étude réalisée en élevage

Dans 16 élevages du Grand Ouest présentant différents statuts sanitaires, 288 porcelets ont été suivis. Deux jours avant et 5 jours après le sevrage, des prises de sang ont permis de mesurer 62 variables reflétant l’activation immunitaire, le statut métabolique, le stress et le stress oxydant. Une étude en installation expérimentale, sur un nombre plus restreint d’animaux, a permis de comprendre comment quelques unes de ces variables, notamment celles décrivant le statut oxydant, évoluaient avec l’âge et, au moment du sevrage, selon le mode de conduite adopté (optimal ou en conditions de bien-être et d’hygiène dégradés).

L’étude en élevage a montré que 32 des 62 variables sanguines étaient influencées par le statut sanitaire de l’élevage. Les porcelets élevés dans des élevages diagnostiqués positifs pour au moins deux maladies montraient une plus faible croissance après le sevrage. Ils montraient aussi une plus grande activation de leur système immunitaire, une plus grande mobilisation de leurs réserves corporelles et un stress oxydant plus important après le sevrage que les porcelets élevés dans des élevages moins exposés aux maladies. Ces résultats en élevage sont concordants avec ceux obtenus dans des conditions expérimentales. Les porcelets aux meilleures croissances sur les 19 jours après sevrage avaient des mesures sanguines suggérant une moins forte mobilisation des réserves corporelles.

Evaluer le stress pour prédire la croissance

La mesure du statut oxydant est une approche prometteuse comme indicateur de santé ou de stress. Le sevrage augmente la production de produits d’oxydation et induit une chute de la capacité antioxydante du plasma. Ces variations sont plus fortes chez les animaux à faible croissance. Mais le foisonnement d’indicateurs de ce stress rend son approche complexe. A partir de 7 variables biologiques, les chercheurs ont établi un modèle de prévision de la croissance entre 0 et 19 jours post-sevrage.
Ce modèle va être enrichi de nouvelles variables, issues de l’analyse du microbiote et de l’expression des gènes des cellules immunitaires sanguines. Il restera ensuite à déterminer si certains de ces marqueurs pourront être utilisés pour construire un outil de diagnostic fiable et simple applicable en médecine de précision. Ils pourraient également servir à la sélection génétique des animaux les plus robustes.

Ces travaux sont issus de la thèse Cifre d’Arnaud Buchet co-financée par la Cooperl, l’Inra et Oniris.

En savoir plus

> Buchet, A. (2018). Identification de marqueurs de la robustesse du porcelet au sevrage (Thèse de doctorat, Institut Supérieur des Sciences Agronomiques, Agroalimentaires, Horticoles et du Paysage, FRA). 307 p.
https://prodinra.inra.fr/record/430776