• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

L’intelligence artificielle au service du bien-être des porcs

Les chercheurs de l’UMR Pegase, en collaboration avec le CEA, ont mis au point un dispositif de détection automatique des comportements des porcs, basé sur un suivi individualisé. Un système pour aider les éleveurs à intervenir rapidement sur les conduites agressives comme les bagarres qui affectent la santé et le bien-être des animaux. Ces travaux sont réalisés dans le cadre du programme européen PigWatch.

Engraissement de porcs sur litière de paille. Cette alternative à l'élevage sur caillebotis permet une diminution des émissions de gaz azotés et offre une conduite d'élevage  en réponse aux demandes sociétales de bien-être animal, de réduction des nuisances olfactives et environnementales et de qualité des produits.. © Inra, MAITRE Christophe
Par Service communication Inra Bretagne-Normandie
Mis à jour le 27/03/2019
Publié le 28/02/2019

Depuis de nombreuses années, un des enjeux majeurs de la filière porcine est de diminuer les comportements à risque, comme les bagarres ou les morsures de queues. En détectant ces comportements ou, si possible, leurs signes avant-coureurs, les éleveurs pourront intervenir très précocement afin de réduire ces situations de mal-être. « Dans le cadre du projet européen PigWatch, nous avons mis au point une méthode permettant de suivre, de façon automatisée, le comportement des porcs, explique Armelle Prunier, chercheuse à l’UMR Pegase. Suivre le comportement des porcs en engraissement aura de multiples applications. Au niveau scientifique, cela facilitera l’analyse des déterminants du comportement. Ce qui ouvrira des possibilités de sélection vers des lignées plus calmes. Dans les élevages, cela permettra de détecter rapidement un problème et d’y remédier avant qu’il ne se généralise. « Une agitation anormale peut signaler l’imminence d’une bagarre. A l’inverse, un faible niveau d’activité permet de détecter un animal en début de maladie » souligne Armelle Prunier.

Un algorithme qui décrypte les comportements

Pour arriver à cette automatisation de suivi des comportements, l’Inra et le CEA ont mis au point des capteurs, portés à l’oreille, qui contiennent un accéléromètre et des modules de communication automatique. Les données ainsi enregistrées sont analysées par des algorithmes d’intelligence artificielle. Pour écrire ces algorithmes, les activités de 12 porcs ont été enregistrées et observées à intervalles réguliers, pendant 2 mois. Leurs comportements ont été identifiés et les signaux issus des capteurs ont été corrélés avec ces observations. « Cette étape est cruciale, souligne Armelle Prunier. Elle permet de relier un signal à un comportement donné et d’apprendre ainsi à l’algorithme à reconnaître et à catégoriser les signaux ».

Dans un élevage où les animaux sont monitorés, les données sont transmises à un logiciel qui les analyse en temps réel. Ainsi, si deux accéléromètres s’affolent en même temps, on a sans doute affaire à une agression ou une bagarre. L’algorithme est encore en phase d’apprentissage mais déjà les résultats sont très encourageants puisque le logiciel identifie avec justesse près de 50 % des comportements agressifs. Une fois au point, cet outil permettra à l’éleveur, prévenu par l’envoi d’un SMS, d’agir très rapidement. « Nous allons travailler sur les événements précédant les épisodes de cannibalisme, afin de déterminer des signes annonciateurs, anticipe Armelle Prunier. Ce qui sera une aide précieuse pour que les éleveurs puissent se focaliser sur les animaux à risques en adaptant leurs pratiques »

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage

En savoir plus

Le projet européen PigWatch

Site web du projet : https://pigwatch.net/