• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Une chèvrerie expérimentale inaugurée à Rennes

Jean-Louis Peyraud, chargé de mission à la direction scientifique Inra Agriculture, Patrick Herpin, président du centre Inra de Rennes, Bretagne et Basse-Normandie, et Grégoire Thomas, directeur général d’Agrocampus Ouest ont inauguré jeudi 16 mai au Rheu près de Rennes la chèvrerie expérimentale de l’unité mixte de recherche Inra/Agrocampus Ouest Physiologie, environnement et génétique pour l’animal et les systèmes d’élevage (UMR Pegase). Cette infrastructure pour l’expérimentation sur les caprins laitiers est installée sur le même site que celui sur les bovins laitiers. L’ensemble constitue un dispositif unique en France dédié à l’étude de la production laitière des ruminants.

Chèvres race alpine. © Inra, inra
Par Service communication Inra Rennes
Mis à jour le 17/09/2014
Publié le 16/05/2013

Intégrée à l’unité mixte de recherche Inra/Agrocampus Ouest "Physiologie, environnement et génétique pour l’animal et les systèmes d’élevage", la chèvrerie expérimentale regroupe un ensemble d’infrastructures et de compétences qui en font un lieu unique en France. Sur 1 300 m2,  ces nouvelles installations accueillent des expérimentations pour mieux appréhender le rôle des pratiques d’élevage et de la physiologie de l’animal sur la quantité et la qualité du lait produit. Localisée sur le même site que le dispositif dédié aux vaches laitières, la chèvrerie expérimentale bénéficie de l’expertise scientifique et technique des équipes qui travaillent depuis plus de trente ans sur les ruminants laitiers. Ces installations offrent la possibilité d’étudier la physiologie et le métabolisme de l’animal dans des conditions identiques à celles d’un élevage de production.

Un outil de pointe au service de la recherche

La chèvrerie expérimentale peut accueillir 150 chèvres adultes et 50 jeunes de race Alpine. La distribution de l’alimentation est maîtrisée par un distributeur automatique de concentré qui gère, par lot d’animaux, la quantité d’aliments et le nombre de distribution. La salle de traite est la première installation française qui offre la possibilité de réaliser sur un grand nombre d’animaux, un contrôle alimentaire individuel précis, couplé à une acquisition automatisée de données de production laitière (quantité, durée de traite, débit moyen) et d’échantillonnage du lait.

Un dispositif qui fonctionne en réseau

La chèvrerie expérimentale de l’UMR Pegase est l’un des 7 sites régionaux du Pôle d’expérimentation animal caprin, dispositif qui structure les recherches sur les caprins à l’Inra. De nombreuses relations se sont également tissées avec d’autres installations expérimentales ou commerciales sur les petits ruminants installées en France via des partenariats avec l’Institut de l’élevage, les chambres d’agriculture, le Groupement d’intérêt scientifique - GIE Elevage caprin Pays de Loire ou le  réseau FAO « Traite des petits ruminants ». Le budget global de l’opération s’élève à 565 000 € dont 345 000 € financés dans le cadre du CPER 2007-2013.