• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Les porcelets en élevage biologique ont-ils besoin d’une supplémentation en fer ?

En élevage conventionnel, les porcelets nouveau-nés reçoivent une supplémentation en fer pour éviter tout risque d’anémie. En élevage biologique, cette pratique n’est pas systématique. Des chercheuses Inra ont réalisé une étude sur le statut en fer des porcelets élevés dans des élevages biologiques français en plein air et en bâtiment. Leurs résultats montrent qu’une supplémentation en fer est nécessaire uniquement pour ceux élevés en bâtiment.

. © Inra, UMR Pegase
Par Service communication Inra Bretagne-Normandie
Mis à jour le 05/11/2019
Publié le 29/10/2019

Les porcelets naissent avec des réserves de fer très faibles et le lait maternel ne couvre pas leurs besoins très élevés liés à une croissance rapide. Pour éviter tout risque de carence, les éleveurs administrent aux porcelets une dose de fer dans les premiers jours qui suivent la naissance, la plupart du temps sous forme d'injection intramusculaire. Cette supplémentation permet de répondre à leurs besoins jusqu’au sevrage. Ensuite, les animaux trouvent le fer nécessaire dans l’aliment solide qui leur est distribué. En élevage biologique, l'utilisation de médicaments est limitée au strict minimum et la question de l'injection de fer, considérée par certains comme un médicament, pose question.

Des chercheuses de l’Inra ont examiné le statut en fer de porcelets au sevrage dans des élevages biologiques français et l’ont analysé au regard des pratiques des éleveurs en matière de supplémentation en fer. Cette étude a été réalisée au printemps 2019 dans 20 élevages, 11 en plein air et 9 en bâtiment. Un seul élevage en plein air a apporté une supplémentation en fer à ses animaux. Sur les 9 élevages en bâtiment, 7 ont administré une dose de 200 mg de fer aux porcelets (dose la plus fréquemment utilisée dans les élevages conventionnels), 1 a administré 100 mg, et 1 n’a pas administré de dose de fer.

Une supplémentation en fer uniquement en bâtiments

Les résultats sanguins de 579 porcelets (moitié mâles et moitié femelles) prélevés aux alentours du sevrage ont été analysés. Comparés aux porcelets élevés en bâtiment et supplémentés en fer, les porcelets élevés en plein air et n’ayant pas reçu d’injection de fer présentaient une concentration supérieure en hémoglobine sanguine (118 vs 105 ± 2 g / L, P <0,001) et un volume de globules rouges plus élevé (60 contre 56 fl). Dans la seule ferme où les porcelets élevés en bâtiment n’avaient pas reçu de supplémentation en fer, la concentration en hémoglobine et le volume de globules rouges étaient faibles (81 ± 3 g / L d'hémoglobine et 48 ± 1 fl respectivement), suggérant une carence en fer. Les résultats montrent également que le statut en fer des porcelets nés de truies primipares était inférieur à celui des porcelets issus de mères multipares (109 vs 114 ± g / L d'hémoglobine, P <0,001).

Cette étude démontre que les porcelets élevés en plein air peuvent trouver une quantité suffisante de fer dans leur environnement naturel, probablement en ingérant de la terre. Une supplémentation en fer est donc inutile, contrairement aux porcs élevés en bâtiments pour qui elle est nécessaire afin d’éviter l'anémie

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire

Voir aussi