• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Startaup, un projet de recherche pour maîtriser les dégâts des taupins sur maïs

Lancé l’été dernier, le projet Startaup vise à proposer des stratégies alternatives à l’utilisation des pesticides pour maîtriser la nuisibilité des taupins sur cultures de maïs. Coordonné par Ronan Le Cointe et Sylvain Poggi, chercheurs à l’UMR Igepp et associant des partenaires tels que l’institut technique Arvalis ou la coopérative Agrial, une des particularités de ce projet est la mise en place d’un dispositif d’acquisition de données impliquant les élèves du réseau des Maisons Familiales Rurales (MFR) dans le cadre d’une démarche de sciences participatives.

Larve de taupin
Par Service communication Inra Bretagne-Normandie
Mis à jour le 10/01/2019
Publié le 07/01/2019

Fin novembre, sur le site Inra du Rheu, vingt-cinq élèves de Seconde Bac pro CGEA (Conduite et Gestion d'une Entreprise Agricole, formation en alternance) de la MFR de Fougères sont attablés devant des pièges à larves de taupins. Ils les décortiquent sous l’œil attentif de leurs enseignants et de Ronan Le Cointe, qui leur a préparé cet atelier à l’occasion de cette visite organisée par Estelle Meslin, ingénieur agronome à la MFR de Fougères.

Mieux comprendre la biologie et l'écologie des taupins

Depuis une vingtaine d'années, les risques de dégâts dus aux larves de taupins (coléoptères élatéridés) sont devenus une préoccupation majeure du monde agricole. Actuellement, sur les 2,9 Mha de maïs cultivés en France, une grande partie faisait encore l’objet d’un traitement de semences à base de thiaclopride (famille des néonicotinoïdes - NNI). Cette famille de produits étant désormais interdite, il devient urgent de proposer aux agriculteurs des stratégies alternatives pour maîtriser la nuisibilité des taupins. C’est dans ce contexte que s’inscrit le projet Startaup.

Une collaboration entre les acteurs de terrain et de la recherche

La MFR de Fougères est l’un des partenaires du projet Startaup. « Sur les parcelles de maïs cultivées par leurs maîtres de stage, les élèves vont pouvoir collecter des données sur les taupins ; une étape essentielle à la compréhension de la biologie et de l’écologie de ces ravageurs » précise Estelle Meslin. Les données seront récoltées à la fois sur des exploitations agricoles dont une partie en agriculture de conservation et sur des stations expérimentales. Elles serviront à établir les relations entre les niveaux d’infestations, les paysages, les pratiques culturales et les dégâts observés sur les cultures de maïs. Pour Henri-Claude Gautier, directeur de la MFR de Fougères, « les avantages d’une collaboration avec l’Inra sont multiples. Les élèves découvrent la recherche agronomique, se familiarisent avec la démarche expérimentale et les principes de la protection intégrée des cultures ». Les maîtres de stage des élèves seront également les premiers à bénéficier des résultats du projet et « un maillon essentiel dans la diffusion des connaissances issues de Startaup » souligne Estelle Meslin. 

Les sciences participatives, moteur de la réduction de l’usage des pesticides

« L’émancipation du monde agricole vis-à-vis des pesticides passe par des échanges directs entre scientifiques et agriculteurs et la confrontation des hypothèses scientifiques à la réalité du terrain représente une voie réelle pour apporter des connaissances nouvelles et innover. C’est dans cette optique que le dispositif Inra-MFR a été développé » conclut Ronan Le Cointe pour qui le dispositif peut être décliné à d’autres questions de recherche. 

En savoir plus

Site web du projet Startaup : https://www6.inra.fr/startaup/