• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Le puzzle paysager : un serious game pour une approche ludique de l’agroécologie !

Initialement développé pour vulgariser des résultats de travaux de recherche auprès du grand public, le puzzle paysager conçu par l’unité de recherche BAGAP de l’Inra Bretagne-Normandie est aujourd’hui proposé comme outil pédagogique pour sensibiliser les apprenants des filières agricoles aux notions d’agroécologie, de biodiversité, d’écologie du paysage. Le puzzle paysager sera présenté aux enseignants des Maisons familiales rurales le mercredi 13 septembre sur le stand Inra au SPACE.

Par Service communication Inra Bretagne-Normandie
Publié le 10/09/2017

L’utilisation du puzzle à des fins pédagogiques a d’ores et déjà été éprouvée auprès d’élèves de Bac Pro CGEA de la Maison Familiale et Rurale de Janzé (35). Lors de la séance, les phases de jeu ont été ponctuées par des apports théoriques concernant les effets des paysages sur la biodiversité et la notion de service écosystémique apportés par cette biodiversité (régulation des ravageurs et des adventices notamment). Le premier bilan est très positif, du point de vue des formateurs et des apprenants. Les phases de jeu positionne les élèves dans une réflexion active et collaborative. Avec l’utilisation d’un plateau de jeu, ils peuvent matérialisent le fruit de leur réflexion en voyant les conséquences de leurs choix sur le paysage agricole.

Les règles du jeu du puzzle paysager

Le plateau du puzzle est constitué de 26 parcelles appartenant à deux exploitations dont les sièges sont localisés de part et d’autre d’éléments paysagers exerçant des contraintes de natures différentes (route, bosquet, rivière). A chacune des exploitations est associé un système d’élevage (type d’animaux, taille du cheptel, type de conduite, …).
Lors de la première étape de jeu, les joueurs doivent choisir, en fonction des contraintes du paysage et du système d’élevage de leur exploitation, l’assolement qui convient en choisissant parmi 4 types de couverts (céréales, maïs, prairies de fauche et pâtures) matérialisés par des tuiles à positionner sur le plateau. Une fois ces couverts mis en place, les joueurs peuvent ensuite positionner sur leur parcellaire des éléments paysagers (haies et bandes enherbées). Le paysage produit est alors discuté d’un point de vue agronomique et écologique. Du point de vue agronomique, les contraintes réglementaires, l’organisation du travail et les successions de cultures sont autant de sujets qui peuvent être évoqués.

Du point de vue de l’écologie, le paysage est évalué selon qu’il favorise ou non la présence de carabes forestiers, carabes des cultures et flore adventice, à l’aune des résultats de recherche menées par l’unité de recherche BAGAP. Ceci est matérialisé par l’ajout de pastilles représentant ces êtres-vivants aux endroits du plateau correspondant. Un système de notation permet d’établir des premiers scores pour chacune des exploitations. L’animateur du jeu pointe alors les risques et avantage du paysage créé par les joueurs et explicite les règles utilisées pour que les joueurs puissent imaginer d’autres scénarios. Il devient aussi alors évident aux joueurs que la biodiversité ne peut pas se gérer qu’individuellement car elle résulte du paysage dans son ensemble.

La seconde étape de jeu consiste à faire évoluer les paysages, en respectant un jeu de contraintes (couverts identiques, mêmes objectifs agronomiques…) afin de maximiser la présence de la biodiversité utile au sein du paysage agricole. Un nouveau calcul de scores permet de comparer avec le score obtenu précédemment et d’alimenter les discussions autour de la notion de compromis entre objectifs parfois divergents.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Autre(s) contact(s) :
Estelle Meslin - Formatrice MFR Janzé

A propos de

L'UMR Bagap

L’Unité mixte de recherche Inra/Agrocampus Ouest/ESA Angers Biodiversité agroécologie et aménagement du paysage (UMR Bagap) s'intéressent à la multifonctionnalité des paysages (fonctions de production, régulation biologique et maintien de la biodiversité) dans les territoires ruraux, périurbains et urbains du Grand Ouest. Les objectifs de ses recherches sont de développer des connaissances sur les pratiques et décisions des acteurs et leurs liens avec la biodiversité et les fonctions écologiques, afin de pouvoir définir et accompagner des actions visant à favoriser la biodiversité et la multifonctionnalité des paysages. La mobilisation de disciplines variées (agronomie, zootechnie, écologie, génétique, géomatique, informatique) permet à l'UMR BAGAP de s'inscrire dans une démarche innovante d'agroécologie pour l'action, à destination des agriculteurs et leurs conseillers, des acteurs de l’aménagement du territoire et des décideurs publics. Ces recherches reposent sur le développement de méthodologies spécifiques afin de caractériser les paysages, les territoires et leurs dynamiques et de les simuler de manière intégrée.